Adossé, vermoulu,
A ce pilier à peine moins précaire,
J'aimerais ne plus délivrer que des paroles
Qui s'éparpillent les toits
(car même un toit de paille pèse trop
s'il vous sépare du rucher nocturne).
Des paroles pareilles
Aux actes des fleurs, bleus ou rouges,
A leur Parfum.

Centre Pompidou, Paris

Je ne veux plus des labyrinthes,
Même pas d'une porte:
juste un poteau d'angle
et une brassée d'air.
Déliés les pieds, délié l'esprit,
Libres, mains et regards:
Alors le deuil nocturne
est entamé par en bas

Philippe Jaccottet

 

Suite

Le coin des Ballades            Accueil            Le coin de la Poésie