A hurler

Salut cri rauque
torche de résine
to se brouillent les pistes
tes poux de pluie et les souris blanches
Fou à hurler je vous salue de mes hurlements plus blancs que la mort
Mon temps viendra que je salue
grand large
simple
où chaque mot chaque geste éclairera
sur ton visage de chèvre blonde
broutant dans la c=cuve affolante de ma main
Et là là
sonne sangsue
là l'origine des temps
la fin des temps
et la majesté droite de l'œil originel

Aimé Césaire

Cadastre

Le coin des Ballades            Accueil            Le coin de la Poésie

De la Poésie sans illustrations ...