Sept Lunes                                     Sete Luas      

Il y a des nuits faites de mes bras

et un silence commun aux violettes

et il y a sept lunes qui sont sept traits

de sept nuits jamais réalisées.

 

Il y a des nuits que nous portons à la taille

comme une ceinture de grands papillons

Et une trace de sang sur votre chair sombre

faite par une épée au fourreau d'une comète

 

Il y a des nuits qui nous laissent en arrière

enroulées dans notre désenchantement

et des cygnes blancs qui ne ressemblent

qu'à l'onde la plus lointaine de leur chant

 

Il y a des nuits qui nous emporta là où

le fantôme de nous mêmes est le plus près:

et c'est toujours votre voix qui nous répond

et seul notre nom était le bon

 

Há noites que são feitas dos meus braços

E um silencio comun ás violetas

E há sete luas que são sete tracos

De sete noites que nunca foram feitas

 

Há noites que levamos á cintura

Como un sinto de grande borboletas.

E um risco a sangue na nossa carne escura

Duma espada à bainha de um cometa.

 

Há noites que nos deixam para trás

Enrolados no nosso desencanto

E cisnes brancos que so são iguais

A mais longinqua onda do seu canto

 

Há noites que nos levam para onde

O fantasma de nos fica mais perto ;

E é sempre a nossa voz que nos responde

E só o nosso nome estava certo. 

 

Natalia Correia

Ce poème a servi de texte à un fado chanté par Misia (Garra dos Sentidos) 

 

Le coin des Ballades            Accueil            Le coin de la Poésie

De la Poésie sans illustrations ...