Lorsque l’on vieillit

Même la longueur des jours

Est source de larmes

 

Ah ! le rossignol

Même en présence d’un prince

Son chant est le même

 

Ah ! le papillon

Volant comme si le monde

N’avait aucun but

 

Papillon en vol

Tel moi-même qui ne suis

Que simple poussière

 

Ne possédant rien

Comme mon cœur est léger

Comme l’air est frais

 

Cette nuit de lune

Me rafraîchissant au temple

Visitant les tombes

 

Là puis envolée

La première luciole –

Du vent dans la main !

 

Pas chose facile

D’être né homme ici-bas

Crépuscule d’automne

 

Alors c’est donc ça

Ma demeure pour la vie

Cinq pieds de neige

 

Fleurs de cerisier

Dans la nuit – de belles femmes

Descendent du ciel

 

Choix de Haïkus

 ISSA

 

Le coin des Ballades            Accueil            Le coin de la Poésie

De la Poésie sans illustrations ...